Et pour la suite, que proposez-vous ?

Ce blog détaille mes principaux engagements : renforcer la justice sociale, construire un avenir à notre jeunesse et agir pour nos aînés ; moderniser notre économie ; soutenir les petites et moyennes entreprises et ce que j’appelle « l’économie réelle », qui fait la richesse des Côtes d’Armor ; poursuivre la transition écologique ; faire réussir nos territoires ; apporter du pouvoir d’achat et la santé pour tous ; mettre les citoyens au cœur de la décision publique et rénover la démocratie ; construire une Europe plus puissante, plus solide et plus démocratique …

Chaque personne, chaque femme, chaque homme, du plus jeune au plus âgé, doit trouver sa place dans notre société.

Et les points faibles ?

Avons-nous tout réussi ? A l’évidence non. J’ai moi-même émis des réserves sur les aides aux entreprises (CICE) qu’il aurait fallu conditionner à des créations d’emplois, sur certains aspects de la loi Travail et de la loi Bancaire très insuffisante.
Mais surtout, je ne peux me satisfaire du niveau élevé du chômage et de la précarité en France. Il faut agir mieux et plus fort.

Question à Monique Lucas, suppléante pendant 5 ans


Vous avez été suppléante de Michel Lesage pendant 5 ans, quel bilan?

« Je l’ai côtoyé régulièrement pendant ce mandat à l’Assemblée nationale. Michel s’est pleinement investi dans le travail législatif. Pour cela, conformément à ses engagements il a démissionné de ses autres fonctions d’élu pour ne pas cumuler les mandats.
Bien enraciné dans la circonscription et partant de son expérience locale il a été en première ligne à l’Assemblée nationale sur des dossiers complexes. Il agit toujours en conformité avec ses convictions. L’éducation, la culture, la jeunesse, l’environnement, le « bien vivre ensemble »… Il est soucieux de l’expression du terrain parce qu’il est très à l’écoute. J’ajouterai aussi que dans les relations humaines, c’est agréable d’avoir un député disponible pour tout le monde sans distinction. »

Vous vous êtes beaucoup investi dans le domaine de l’eau?

Oui car l’eau est un sujet majeur. L’eau c’est la vie. Or elle est confrontée à de multiples enjeux sociaux et environnementaux, économiques et en termes de pollution. Je préside depuis 5 ans le groupe parlementaire sur les politiques de l’eau. Le premier Ministre m’a d’ailleurs confié en février 2014 la responsabilité d’un rapport sur les enjeux qualitatifs de l’eau.
J’ai par ailleurs été rapporteur des programmes Eau, Paysage, Biodiversité des 3 dernières lois de Finances de la Nation.
J’ai participé à la COP21 de Paris et à la COP22 de Marrakech car l’eau est fortement impactée par le réchauffement climatique.
J’ai aussi, après trois ans de travail avec plus de 30 associations et ONG, présenté une proposition de loi pour permettre à tous l’accès à l’eau et à l’assainissement. Elle a été adoptée le 14 juin 2016 par l’Assemblée Nationale, mais refusée par la droite au Sénat en mars dernier. Mais je poursuis ce combat.

Paris, le 14 janvier 2017. Michel Lesage, Yannick Jadot et Laurent Joffrin lors du premier débat du Forum Libération: «Quand l’eau révèle le monde». :

L’eau un bien comme les autres ? par liberation

Concrètement, quelles sont les avancées que vous jugez positives?

Soyons justes. Bien sûr, tout n’a pas été fait, loin de là. Mais tout n’a pas été mauvais non plus.
Nous revendiquons les progrès sociaux accomplis avec le tiers payant et la complémentaire santé pour tous, le compte personnel d’activité, la pénibilité intégrée dans le calcul des pensions, les actions de groupe pour les consommateurs, la garantie jeune. Deux millions et demi de français parmi les plus modestes bénéficient de la prime d’activité.
Nous avons rétabli la retraite à 60 ans pour les carrières longues, placé au même barème de l’impôt revenu du travail et du capital, supprimé la première tranche de l’impôt pour les plus modestes, redonné la priorité à l’école de la République. Nous avons aussi réussi à conclure à Paris un accord sur le climat, et avons engagé la transition écologique… Ce sont de vraies avancées!

La proximité et l’échange comme priorités

Comme je m’y étais engagé, là encore, j’ai régulièrement rendu compte de mon travail et pour cela créé un site Internet et une lettre régulière d’information.
Des réunions publiques et des ateliers citoyens (9 au total) m’ont permis d’échanger et d’expliciter mon action.
J’ai toujours été à l’écoute et proche de chacun. A ma permanence, avec mon équipe, nous avons reçu des centaines de personnes, et avons traité plus de 580 dossiers individuels, d’entreprises, de collectivités, et d’associations.

J’ai aussi reçu et rencontré beaucoup d’acteurs économiques, sociaux, associatifs, mais aussi des élèves dans leur classe, pour partager avec eux mon expérience.
J’ai particulièrement apprécié ces moments d’échange autour de la citoyenneté.

Articuler le local et le global: une préoccupation?

Oui, tout à fait. C’est vrai dans beaucoup de domaines que j’ai portés à l’Assemblée Nationale comme le développement des Energies Renouvelables et les économies d’énergie. J’ai été le 1er président de l’Agence Locale de l’Energie du Pays de Saint-Brieuc. C’est en Côtes d’Armor que nous expérimentons le chèque Energie pour les ménages les plus défavorisés. Une mesure que j’ai votée dans la loi de Transition Energétique du 17 août 2015. Les nombreux amendements que j’ai déposés ont été acceptés.
J’ai aussi défendu les petites et moyennes entreprises par de multiples interventions à l’Assemblée nationale.  Les TPE/PME sont une richesse pour notre territoire que je connais bien : plus de 90% des entreprises ont moins de 10 salariés.
L’action que j’ai menée localement en tant qu’élu m’a beaucoup aidé dans mon travail législatif. Et inversement. C’est pour moi un grand motif de satisfaction.

 

(Photo: débat public sur l’implantation du parc éolien offshore en Baie de Saint-Brieuc)

 

Le mandat de député est désormais le seul mandat que vous exercez ?

Comme je m’y étais engagé, j’ai d’abord laissé les mandats que j’exerçais à la communauté d’agglomération de Saint-Brieuc et à la Mairie de Langueux. C’est aussi dans ce sens que j’ai voté à l’Assemblée Nationale la loi sur le non-cumul des mandats, auquel je suis profondément attaché. J’ai ainsi pu mener pleinement mon travail parlementaire, afin de répondre plus efficacement à la confiance qui m’avait été accordée par les électeurs.

En quoi consiste le travail de député?

Depuis 5 ans, en tant que député, j’ai participé, j’ai débattu et j’ai voté beaucoup de lois : au total 449 lois promulguées.
Membre de la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire, j’ai été en première ligne pour faire voter des textes sur la transition énergétique (loi « biodiversité » du 18 mars 2016, loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte, …). J’ai aussi toujours souhaité rester un élu de proximité, défendre mon territoire et être utile à ses habitants, voilà mon but.